Accueil

Site National : http://www.crif.org/fr 

Diner du Crif 2019

Laurent Wauquiez

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le discours du Président Yves Ganansia : Discours Diner du Crif 20 juin 2019Discours Diner du Crif 20 juin 2019

Toutes les photos de Viviane Attard : Diner du Crif 2019

Laurent Wauquiez : « Auvergne-Rhône-Alpes est une Région de longue mémoire »

Invité d’honneur du 17ème dîner annuel du Crif Grenoble-Dauphiné, Laurent Wauquiez, Président de la région Auvergne-Rhône-Alpes a été accueilli par près de trois cents personnes le 20 juin 2019 au World Trade Center de Grenoble.

Le Président du Crif grenoblois Yves Ganansia et le Président du Crif national Francis Kalifat étaient entourés de personnalités politiques, scientifiques, civiles et religieuses, ainsi que de représentants des médias et du monde associatif. Etaient notamment présents, le Préfet de l’Isère Lionel Beffre, l’ancien ministre Alain Carignon, des députés et sénateurs, le Président du Département de l’Isère, le Président de Grenoble-Alpes-Métropole, les maires de Grenoble, de Valence et d’une douzaine de communes de l’agglomération, des conseillers régionaux, départementaux et municipaux, la Consule d’Allemagne, le Colonel commandant le groupement de gendarmerie et de hauts représentants des services de l’Etat.

Yves Ganansia, Président du Crif Grenoble-Dauphiné a déploré l’augmentation exponentielle de 74% du nombre d’actes antisémites recensés en France, passant de 311 à 541, dont 81 concernent des violences, des tentatives d’homicide et un meurtre. Il a exhorté les députés de l’Isère à voter une résolution contre l’antisémitisme, dont l’objet est de permettre aux « forces de l’ordre, aux magistrats et aux enseignants de mieux lutter contre ceux qui cachent derrière le rejet d’Israël, la négation même de l’existence de l’Etat d’Israël ».

Puis Francis Kalifat, Président du Crif national, a rappelé le lourd tribut payé par les juifs en France, qui, alors qu’ils représentent moins d’1% de la population française, subissent à eux seuls près de la moitié des actes racistes recensés dans le pays. Et ce constat dramatique ne tient pas compte de la peur et de la souffrance quotidiennes subies par les victimes « dans un climat hostile fait d’incivilités, de menaces et de violences ». Il est donc important que « les sanctions aillent au-delà d’un rappel à la loi ou la pédagogie, et qu’elles soient véritablement dissuasives », car « les haines se nourrissent du laisser-faire, du renoncement et de l’impuissance ».

Enfin, Laurent Wauquiez, Président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, a exprimé son attachement à la communauté juive française, dont le destin est intimement lié à celui de la République. Constatant, lors de visites dans des établissements scolaires juifs, que les élèves sont souvent confrontés à un « antisémitisme ordinaire » encouragé par la lâcheté et la soumission des pouvoirs publics, il a mis en place de multiples mesures pour lutter contre l’antisémitisme, notamment une protection accrue des cinq lycées juifs de la Région, et la gratuité des déplacements en cars lors d’activités culturelles et sportives, afin de permettre aux élèves de ces établissements de participer à des sorties scolaires sans subir des agressions. Il a également tenu à promouvoir l’enseignement de la Shoah et la découverte de lieux de mémoire, pour fédérer les différents acteurs régionaux autour d’un passé commun.

Se focalisant sur l’éducation et la transmission de la culture juive au cœur de la cité, il a initié un grand travail pédagogique avec la diffusion massive dans tous les établissements scolaires du livre « C’était maman », écrit par les enfants de Mireille Knoll, assassinée l’année dernière dans son appartement à Paris par un fanatique musulman.

Afin de lutter davantage contre l’antisémitisme, Laurent Wauquiez a cessé tout programme de coopération internationale avec les associations qui prêchent la haine contre Israël et contre son existence et a relancé la coopération avec Israël dans les domaines de l’enseignement supérieur, de la recherche, de l’innovation et du développement durable, soutenant également le réseau des Chambres de commerce France-Israël.

Viviane Maislisch Attard

 

Yom Haatsmaout du 8 Mai 2019

Viv1422

A l'occasion du 71ème anniversaire de l'Indépendance de l'Etat hébreu,le Centre Culturel Juif de Grenoble et toutes les associations affiliées ont organisé, le 8 mai 2019, la grande fête de Yom Haatsmaout aux couleurs d'Israël.

Après les allocutions de Madame Corinne Elberg, présidente du CCJ et de Monsieur Franck Benhamou, vice-président du Crif Grenoble-Dauphiné, un court film sur la création de l'Etat d'Israël a été projeté. Puis un buffet typiquement israélien a été servi à plus de deux cents personnes.

Le chanteur Gabriel Hakoune, ancien participant à l'émission "The Voice", a donné un magnifique concert, dans une ambiance très festive, puis l'animateur DJ Steph a poursuivi la soirée sur des rythmes endiablés.

Le nombreux public est reparti comblé, après avoir entonné en choeur l'hymne national israélien.

Toutes les photos de Viviane Attard en cliquant : Yom Haatsmaout 2019

Journée nationale de la déportation

Viv1247

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La cérémonie du Souvenir des victimes et de héros de la déportation s'est déroulée en deux temps : le jeudi 25 avril à 18h30 à la synagogue Bar Yohaï et ce dimanche 28 avril à 10h30 devant le Monument aux Morts, place Paul Mistral - Esplanade des Communes Compagnon de la Libération.

Toutes les photos e Viviane Attard : Journée nationale de la déportation

Mobilisation à Genève contre le parti pris anti-israélien à l'ONU

https://www.i24news.tv/fr/actu/international/europe/197313-190318-mobilisation-a-geneve-contre-le-parti-pris-anti-israelien-a-l-onu

Geneve

L'ambassadeur des Etats-Unis en Allemagne a manifesté lundi 18 Mars 2019 devant l'ONU à Genève pour dénoncer le "sectarisme" dont souffre Israël au Conseil des droits de l'Homme, qui examinait lundi les conclusions d'une enquête sur les violences à Gaza.

Plusieurs centaines de personnes sont venues assister à ce rassemblement, dont la principale revendication était de demander l'abolition dans l'ordre du jour du Conseil des droits de l'Homme du point fixe dédié au traitement des Palestiniens par Israël (le point 7).

Israël est en effet le seul pays avec un point fixe à l'ordre du jour de chaque session du Conseil (trois fois par an), une des raisons pour lesquelles les Etats-Unis ont décidé l'an dernier de quitter cet organe onusien.

"Ce n'est pas seulement une forme de sectarisme. C'est un signe de décadence intellectuelle et morale", a déclaré à la foule l'ambassadeur américain, Richard Grenell.

Il a également comparé l'antisémitisme à la "toxicomanie": "Comme la toxicomanie, l'antisémitisme est à la fois une maladie et une source de réconfort" pour les Etats qui condamnent habituellement Israël à l'ONU.

Au même moment, les pays membres du Conseil des droits de l'Homme débattaient de divers rapports présentés dans le cadre du point 7. Ils ont également entendu les conclusions d'une enquête de l'ONU qui accuse des soldats israéliens de "possibles crimes de guerre à Gaza".

Dans ce rapport, présenté le mois dernier aux médias, la Commission d'enquête indépendante de l'ONU a accusé l'armée d'avoir "intentionnellement tiré sur des enfants, des journalistes, du personnel de santé et d'autres civils au cours des manifestations de Palestiniens dans la bande de Gaza" entre le 30 mars et le 31 décembre 2018.

Les enquêteurs ont affirmé que les manifestations étaient essentiellement de "nature civile".

Israël a dénoncé ce rapport "partial" et rejeté ses conclusions.

Le président de la Commission de l'ONU, Santiago Canton, a indiqué lundi aux médias qu'il était "personnellement en désaccord" avec le point 7 de l'agenda du Conseil. Mais le fait que l'enquête a été créée par le Conseil des droits de l'Homme "ne signifie pas que le travail de la commission indépendante ne peut pas être objectif".

La semaine dernière, de hauts responsables israéliens venus à Genève ont critiqué point par point l'enquête de l'ONU en reprochant aux enquêteurs d'avoir ignoré des preuves essentielles, comme le rôle du Hamas.

74ème anniversaire de la libération du camp d'Auschwitz

Viv0254

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La commémoration du 74ème anniversaire de la libération du camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau a eu lieu les 24 et 27 janvier 2019.

La cérémonie religieuse s'est tenue à la synagogue Rachi le jeudi 24 janvier 2019. Elle a été précédée d'un témoignage extrêmement fort de Monsieur Claude Bloch, rescapé du camp d'Auschwitz-Birkenau, et suivie de la présentation d'une exposition intitulée "Enfants juifs, 1939-1945", réalisée par l'association "L'enfant et la Shoah - Yad Layeled France", agrée par le Ministère de l'Education nationale.

Le dimanche 27 janvier 2019 sur l'Esplanade des Communes-Compagnons de la Libération, place Paul Mistral, s'est déroulée la commémoration officielle en présence de Monsieur le Préfet Lionel Beffre et de nombreux élus. Le maire de Grenoble Monsieur Eric Piolle a prononcé un discours fort engagé, qui a été suivi de la prière pour les victimes de la Shoah et de celle pour la République française, par le Rabbin Nissim Sultan.

Les enfants de l'Ecole Juive de Grenoble ont allumé des bougies au pied du monument aux morts, et des élèves de lycée y ont déposé des roses blanches, avant le dépôt des gerbes des associations et des officiels

Toutes les photos de Viviane Attard en cliquant : Libération du camp d'Auschwitz-Birkenau

Dauphiné Libéré du 28 Janvier 2019

Dl20190127p17

Prix Louis Blum du 20 Janvier 2019

Viv9994

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Organisée par le CRIF Grenoble-Dauphiné en partenariat avec la Ville de Grenoble, la cérémonie de la remise du Prix Louis Blum s'est déroulée dimanche 20 janvier 2019 à l'Auditorium du Musée de Grenoble.

Le CRIF Grenoble-Dauphiné, présidé par Monsieur Yves GANANSIA, a décerné cette année la distinction à la Fondation Mémorial du Camp des Milles à Aix-en-Provence, représentée par son président-fondateur Monsieur Alain CHOURAQUI.

Après la projection d'un film documentaire sur le Mémorial du Camp des Milles, et les allocutions des intervenants, Monsieur Eric PIOLLE, maire de Grenoble, a remis au récipiendaire la Médaille d'or de la Ville de Grenoble, puis Madame Gaby BLUM lui a remis le trophée du CRIF.

La cérémonie de cette 17ème édition du Prix Louis Blum s'est achevée par un récital de piano et violoncelle interprété par deux anciens élèves du Conservatoire de musique de Grenoble.

Toutes les photos de Viviane Attard en cliquant : Prix Louis Blum 2018

Discours du Président Yves Ganansia : Discours Prix louis blum 20 janvier 2019Discours Prix Louis Blum 20 janvier 2019

Dauphiné Libéré du 25 Janvier 2019

Dl20190125p9

 

Les dejeuners du CRIF

Dl20181008 1Dejeunerpolitiquesavin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Invité le 14 Décembre 2018, Patrick LEVY, Pésident de l'Université Grenoble Alpes

Paricklevy

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
Le Crif Grenoble-Dauphiné a poursuivi son nouveau cycle de déjeuners-débats en invitant Patrick Lévy, le 14 Décembre, le Président de l’Université Grenoble-Alpes, après avoir reçu précédemment la députée Emilie Chalas ( LREM )
et le Sénateur Michel Savin ( LR ).
De nombreux étudiants étaient présents au coté du Président Yves Ganansia et du rabbin Nissim Sultan, ce qui a permis d’évoquer la montée de l’antisémitisme et de l’antisionisme dans les universités, et les difficultésrencontrés par les étudiants pratiquants pour déplacer des épreuves d’examen programmés le samedi ou des jours de fêtes juives.
Concernant le conflit israélo-palestinien, et la campagne de boycott du mouvement BDS, Patrick Lévy a déploré de ne pas pouvoir organiser à l’Université des débats contradictoires, de façon sereine et constructive, afin de rapprocher les points de vue, déconstruire les préjugés, et participer ainsi au "mieux vivre ensemble."
Au sujet du jumelage Grenoble-Rehovot, Patrick Lévy a confirmé son attachement aux échanges scientifiques avec toutes les universités étrangères y compris l’Institut Weizmann à Rehovot, et surtout le Technion à Haifa avec qui il entretient des relations importantes dans le domaine des nouvelles technologies.
Le prochain invité du Crif Grenoble-Dauphiné sera Maitre Mohamed Djerbi, Président de la LICRA-Isère.
Djerbi

 

Commémoration de la rafle de la Caserne Bizanet

Viv9834

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le vendredi 24 août 2018 s'est déroulée la cérémonie commémorative de la Rafle de la caserne Bizanet, en présence des autorités officielles de la Ville.
La Rafle de la caserne Bizanet a eu lieu le 26 août 1942, à l'emplacement même où se trouve aujourd'hui l'école primaire Bizanet.
La Ville de Grenoble avait inauguré, il y a deux ans, une plaque commémorative et explicative.

Toutes les photos de Viviane Attard en cliquant : Commémoration Bizanet

Le discours du Président Yves Ganansia : Discours  du 22 juillet 2018Discours du 22 juillet 2018

Cérémonie du 22 Juillet 2018

Viv9691

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© Photos Viviane Attard

La cérémonie de la journée nationale en mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l’État français et en hommage aux « Justes » de France s'est tenue le dimanche 22 juillet 2018 au Monument de la Déportation, sur l'Esplanade des Communes Compagnon de la Libération, à Grenoble.

Elle a débuté par l'allumage de bougies par les enfants de l'Ecole Juive de Grenoble, dirigée par Madame Rachel Lahiany.

Dans un discours très applaudi, Yves Ganansia, président du Crif Grenoble-Dauphiné, a expliqué que cette date dans le calendrier hébraïque correspond à la destruction du 1er et du 2ème Temple de Jérusalem, et à de nombreuses catastrophes qui ont jalonné le destin des Juifs au cours de leur histoire mouvementée.

Concernant la Rafle du Vel d'Hiv, le président du Crif a évoqué la responsabilité du gouvernement de Vichy et a rappelé la mémoire de toutes les victimes de la Shoah, insistant sur l'importance de continuer à transmettre cette mémoire vive, à l'heure où les derniers témoins directs s'éteignent, tels Simone Weil ou Claude Lanzmann.

Yves Ganansia a également souligné le rôle admirable des « Justes parmi les Nations », qui, au péril de leur vie, ont permis de sauver les trois quarts des Juifs de France. Ces Justes sont l'honneur de la France d'hier et doivent inspirer la France d'aujourd'hui.

Il a eu une pensée particulièrement émue pour Anne-Marie Mingat, résistante et Juste, décédée en décembre 2017, et qui, à l'âge de 22 ans, employée à la mairie de Domène en Isère, a sauvé de nombreux juifs en leur fournissant des faux papiers, et a caché des armes, des résistants, ainsi qu'une famille juive réfugiée.

Puis, le préfet de l'Isère, Lionel Beffre, a lu l'allocution de Madame Geneviève Darrieussecq, secrétaire d'État auprès de la ministre des Armées.

La cérémonie s'est achevé par le dépôt des gerbes des associations et les salutations aux porte-drapeaux.

Toutes les photos de Viviane Attard en cliquant : Commémoration du 22 Juillet 2018

Fil d'infos Tribune Juive

Date de dernière mise à jour : 01/07/2019

20190721